CECI n'est pas EXECUTE Prix Raymond Aron pour la recherche

Société des amis de R. Aron |

Prix Raymond Aron pour la recherche

Statuts

Au cours de son Assemblée générale du 30 octobre 1997, la Société des Amis de Raymond Aron a décidé de fonder un "Prix Raymond Aron".

Ce prix est accordé à un étudiant français ou étranger, préparant une thèse ou déjà docteur, pour soutenir ou récompenser un travail de recherche. Il est destiné à des étudiants travaillant sur la pensée de Raymond Aron ou dans le domaine des sciences sociales que R. Aron a lui-même traitées. Le candidat devra avoir soutenu sa thèse dans les cinq années précédant l'appel à candidatures.

Le jury est indépendant ; il est formé par les membres du bureau de la Société. Le montant du prix est de 3000 €.

Les candidats devront fournir un exemplaire de leur Master ou de leur thèse, leur curriculum vitae, une lettre de motivation ainsi qu’une lettre de l’enseignant qui a dirigé leurs travaux. Le Bureau les examinera avant la réunion de l'Assemblée générale annuelle.

Lauréats

  • Prix R. Aron 1998 : Mauro Piras, étudiant inscrit à l’EHESS sous la direction de M. Heinz Wismann, et dont le sujet de thèse porte sur Connaissance socio-historique et rationalité : Gadamer, Weber, Habermas.

  • Prix R. Aron 1999 : Daniel Mahoney, professeur-associé de science politique à Worcester College, Massachusetts, auteur d’un ouvrage publié aux éditions de Fallois en 1998, Le Libéralisme de R. Aron. Il mène par ailleurs aux Etats-Unis un vaste programme de rééditions commentées et de traductions d’ouvrages de R. Aron.

  • Prix R. Aron 2000 : Christian Malis, auteur d’une thèse de doctorat en Histoire préparée sous la direction de Georges-Henri Soutou à l’université de Paris-IV : Raymond Aron et le débat stratégique français (1930-1966).

  • Prix R. Aron 2001 : Serge Audier, auteur d’une thèse de doctorat en philosophie préparée sous la direction de Robert Legros et soutenue en décembre 2000 à l’université de Caen : Machiavel, Tocqueville, Marx dans la pensée politique française de l’entre-deux-guerres.

  • Prix R. Aron 2002 décerné conjointement à :  Guillaume de Thieulloy, auteur d’une thèse de doctorat en études politiques préparée sous la direction de Pierre Manent et soutenue en juin  2002 à l’EHESS : La Pensée politique néothomiste : étude à partir du cas de Jacques Maritain. Et à Anne-Laure Walter, pour son DEA en Lettres modernes, préparé sous la direction de Françoise Mélonio et soutenu en septembre 2002 à l’Université Paris IV-Sorbonne : Raymond Aron éditorialiste à L’Express : un professeur en journalisme.

  • Prix R. Aron 2003 : Erzsébet Takacs, étudiante hongroise inscrite à l'EHESS sous la direction de Jacques Revel et dont le sujet de thèse porte sur : "Les sociologues français face à l'histoire et aux historiens de la fin du XIXe au milieu du XXe siècle".

  • Prix R. Aron 2004 : Lucia Bonfreschi, auteur d’une thèse de doctorat en histoire préparée sous la direction du Professeur Gaetano Quagliariello et soutenue au printemps 2004 à l’Université de Bologne : Raymond Aron e il gollismo (1940-1958).

  • Prix R. Aron 2005 : André-Marie Yinda Yinda, auteur d’une thèse de doctorat en Etudes politiques (option philosophie politique) préparée sous la direction de Pierre Manent et soutenue en juin 2005 à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales : Mettre le monde en ordre : un art machiavélien.

  • Prix R. Aron 2006 : Matthias Oppermann, auteur d’une thèse de doctorat préparée sous la direction du Professeur Klaus Hildebrand à l’université de Bonn : Raymond Aron und Deutschland. Die Verteidigung der Freiheit und das Problem des Totalitarismus.

  • Prix R. Aron 2007 décerné conjointement à  : Gwendal CHÂTON, auteur d’une thèse de doctorat en science politique préparée sous la direction de Jean Baudouin à l’université de Rennes 1 et soutenue en décembre 2006 : La Liberté retrouvée. Une histoire du libéralisme en France à travers les revues aroniennes Contrepoint et Commentaire.  Et à Giulio DE LIGIO, doctorant à l’université de Bologne, pour la publication de son mémoire de Master de recherche en relations internationales (spécialité : histoire et théorie de la politique européenne) : la Tristezza del Pensatore politico : Raymond Aron e il primato del politico (Bononia University Press, 2007).

  • Prix R. Aron 2008 : Simonetta FRESCHI, auteur d’une thèse de doctorat préparée sous la direction du Professeur Gilda Manganaro Favaretto à l’université de Trieste : Benedetto Croce e Raymond Aron : due liberalismi a confronto.

  • Prix R. Aron 2009 : Edwige KACENELENBOGEN, auteur d’une thèse de doctorat  en Etudes politiques, préparée sous la direction de Pierre Manent à l’EHESS : L’ordre spontané. Enquête sur la prégnance de l’idée néolibérale dans le républicanisme contemporain.

  • Prix R. Aron 2010 : José COLEN, pour son livre Futuro do politìco, passado do historiador. O historicismo no pensamento de Raymond Aron, version abrégée de sa thèse doctorale soutenue à l’Université catholique portugaise de Lisbonne, sous la direction du Prof. João Cardoso Rosas, en décembre 2009.

  • Prix R. Aron 2011 décerné conjointement à : Joël MOURIC, auteur d’une thèse de doctorat en histoire contemporaine préparée sous la direction de Fabrice Bouthillon et soutenue à l’université de Bretagne occidentale en novembre 2010 : Raymond Aron et l’Europe, 1926-1983, la République des lettres et le mythe politique. Et à Danilo SCHOLZ, étudiant à l’EHESS, pour son mémoire de master 2 (discipline : histoire) dirigé par Perrine Simon-Nahum : Alexandre Kojève et la philosophie allemande : l’homme, l’histoire et la politique, 1926-1947.

  • Prix R. Aron 2012 décerné conjointement à : Vincent BLOCH, auteur d’une thèse de doctorat en sociologie préparée sous la co-direction de Daniel Pécaut et Gilles Bataillon et soutenue à l’EHESS en octobre 2012 : Le joug de la lucha. L’ancrage socio-historique du régime castriste, de 1959 à nos jours. Et à Marion WLODARCZYK, auteure d’une thèse de doctorat en sociologie préparée sous la direction de Serge Paugam et soutenue à l’EHESS en décembre 2011 : La souveraineté de l’Etat à l’épreuve de la construction européenne. Analyse sociologique de la stratégie étatique en matière d’éloignement forcé des étrangers.

  • Prix R. Aron 2013 : Hélène DUMAS, auteure d'une thèse de doctorat en histoire préparée sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau et soutenue à l'EHESS en mars 2013 : Juger le génocide sur les collines. Une étude des procès gacaca au Rwanda (2006-2012).

  • Prix R. Aron 2014 décerné conjointement à : Rasoul NAMAZI, auteur d'une thèse de doctorat en études politiques préparée sous la direction de Pierre Manent et soutenue à l'EHESS en septembre 2014 : Le problème théologico-politique de John Locke. Et à Or ROSENBOIM, pour son PhD in Politics and International Studies, préparé sous la direction de Duncan Bell et soutenu à l'université de Cambridge (Quenns' College) en mai 2014 : The Emergence of Globalism : Visions of World Order in Britain and the United States, 1939-1951.

  • Prix R. Aron 2015 décerné conjointement à : Benjamin BRICE, auteur d'une thèse de doctorat en études politiques préparée sous la direction de Pierre Manent et soutenue à l'EHESS en mai 2015 : La fin de la guerre ? Les ambiguïtés de la "paix démocratique" : intérêts, passions et idées. Et à Adrien LOUIS, pour son projet de livre Comprendre les phénomènes politiques : enquête sur l'oeuvre de Leo Strauss, tiré de sa thèse préparée sous la co-direction de Monique Castillo et Pierre Manent et soutenue à l'université Paris-Est Créteil en décembre 2013.

  • Prix R. Aron 2016 décerné conjointement à : Olivier de LAPPARENT, auteur d'une thèse de doctorat en histoire des relations internationales préparée sous la direction de Robert Frank et soutenue à l'université Paris 1-Panthéon Sorbonne en novembre 2016 : La crise de la civilisation selon R. Aron à travers l'exemple européen. Et à Sophie MARCOTTE-CHENARD, pour sa thèse de doctorat en études politiques préparée sous la direction de Pierre Manent et soutenue à l'Ecole des hautes études en sciences sociales en mai 2016 : La philosophie politique et l'histoire : Leo Strauss et Raymond Aron face à l'historicisme.

  • Prix R. Aron 2017 décerné conjointement à : Frédéric COHEN, auteur d'une thèse de doctorat en Etudes politiques sous la direction de Pierre Manent et soutenue à l'EHESS en janvier 2018 : La question du meilleur régime à l'épreuve des relations internationales dans la pensée de Raymond Aron. Et à Scott NELSON, pour sa thèse de doctorat en histoire préparée sous la direction de Wolfgang Schmale et José Colen, soutenue à l'université de Vienne en novembre 2017 : The German Influence on Raymond Aron's Political Thought.

  • Prix R. Aron 2018 : Benjamin MOALLIC, auteur d'une thèse de doctorat en sociologie préparée sous la direction de Gilles Bataillon et soutenue à l'EHESS le 29 juin 2018 : "L'émergence des phénomènes associatifs en Amérique centrale (Nicaragua, Salvador, 1960-2009).

EHESS

ISSN 1775-3678