CECI n'est pas EXECUTE Prix Raymond Aron

Société des amis de R. Aron |

Prix Raymond Aron

Statuts

Au cours de son Assemblée générale du 30 octobre 1997, la Société des Amis de Raymond Aron a décidé de fonder un "Prix Raymond Aron".

Ce prix est accordé à un étudiant français ou étranger, préparant une thèse ou déjà docteur, pour soutenir ou récompenser un travail de recherche. Il est destiné à des étudiants travaillant sur la pensée de Raymond Aron ou dans le domaine des sciences sociales que R. Aron a lui-même traitées.

Le prix Raymond Aron s'adresse aux étudiants de l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales ainsi qu'aux étudiants dont les travaux sont dirigés par les enseignants membres de la Société des Amis de R. Aron. En ce qui concerne les étudiants de l'E.H.E.S.S., les candidatures seront présentées par les responsables des formations doctorales.

Le jury est indépendant ; il est formé par les membres du bureau de la Société. Selon la nature des travaux, le montant du prix est compris entre 1 500 € et 7 700 €.

Les candidatures doivent être transmises au siège de l'Association avant le 15 octobre de chaque année. Les candidats devront fournir un exemplaire de leur Master ou de leur thèse, leur curriculum vitae ainsi qu’une lettre de l’enseignant qui a dirigé leurs travaux. Le Bureau les examinera avant la réunion de l'Assemblée générale annuelle.

Lauréats

  • Prix R. Aron 1998 : Mauro Piras, étudiant inscrit à l’EHESS sous la direction de M. Heinz Wismann, et dont le sujet de thèse porte sur Connaissance socio-historique et rationalité : Gadamer, Weber, Habermas.

  • Prix R. Aron 1999 : Daniel Mahoney, professeur-associé de science politique à Worcester College, Massachusetts, auteur d’un ouvrage publié aux éditions de Fallois en 1998, Le Libéralisme de R. Aron. Il mène par ailleurs aux Etats-Unis un vaste programme de rééditions commentées et de traductions d’ouvrages de R. Aron.

  • Prix R. Aron 2000 : Christian Malis, auteur d’une thèse de doctorat en Histoire préparée sous la direction de Georges-Henri Soutou à l’université de Paris-IV : Raymond Aron et le débat stratégique français (1930-1966).

  • Prix R. Aron 2001 : Serge Audier, auteur d’une thèse de doctorat en philosophie préparée sous la direction de Robert Legros et soutenue en décembre 2000 à l’université de Caen : Machiavel, Tocqueville, Marx dans la pensée politique française de l’entre-deux-guerres.

  • Prix R. Aron 2002 décerné conjointement à :  Guillaume de Thieulloy, auteur d’une thèse de doctorat en études politiques préparée sous la direction de Pierre Manent et soutenue en juin  2002 à l’EHESS : La Pensée politique néothomiste : étude à partir du cas de Jacques Maritain. Et à Anne-Laure Walter, pour son DEA en Lettres modernes, préparé sous la direction de Françoise Mélonio et soutenu en septembre 2002 à l’Université Paris IV-Sorbonne : Raymond Aron éditorialiste à L’Express : un professeur en journalisme.

  • Prix R. Aron 2003 : Erzsébet Takacs, étudiante hongroise inscrite à l'EHESS sous la direction de Jacques Revel et dont le sujet de thèse porte sur : "Les sociologues français face à l'histoire et aux historiens de la fin du XIXe au milieu du XXe siècle".

  • Prix R. Aron 2004 : Lucia Bonfreschi, auteur d’une thèse de doctorat en histoire préparée sous la direction du Professeur Gaetano Quagliariello et soutenue au printemps 2004 à l’Université de Bologne : Raymond Aron e il gollismo (1940-1958).

  • Prix R. Aron 2005 : André-Marie Yinda Yinda, auteur d’une thèse de doctorat en Etudes politiques (option philosophie politique) préparée sous la direction de Pierre Manent et soutenue en juin 2005 à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales : Mettre le monde en ordre : un art machiavélien.

  • Prix R. Aron 2006 : Matthias Oppermann, auteur d’une thèse de doctorat préparée sous la direction du Professeur Klaus Hildebrand à l’université de Bonn : Raymond Aron und Deutschland. Die Verteidigung der Freiheit und das Problem des Totalitarismus.

  • Prix R. Aron 2007 décerné conjointement à  : Gwendal CHÂTON, auteur d’une thèse de doctorat en science politique préparée sous la direction de Jean Baudouin à l’université de Rennes 1 et soutenue en décembre 2006 : La Liberté retrouvée. Une histoire du libéralisme en France à travers les revues aroniennes Contrepoint et Commentaire.  Et à Giulio DE LIGIO, doctorant à l’université de Bologne, pour la publication de son mémoire de Master de recherche en relations internationales (spécialité : histoire et théorie de la politique européenne) : la Tristezza del Pensatore politico : Raymond Aron e il primato del politico (Bononia University Press, 2007).

  • Prix R. Aron 2008 : Simonetta FRESCHI, auteur d’une thèse de doctorat préparée sous la direction du Professeur Gilda Manganaro Favaretto à l’université de Trieste : Benedetto Croce e Raymond Aron : due liberalismi a confronto.

  • Prix R. Aron 2009 : Edwige KACENELENBOGEN, auteur d’une thèse de doctorat  en Etudes politiques, préparée sous la direction de Pierre Manent à l’EHESS : L’ordre spontané. Enquête sur la prégnance de l’idée néolibérale dans le républicanisme contemporain.

  • Prix R. Aron 2010 : José COLEN, pour son livre Futuro do politìco, passado do historiador. O historicismo no pensamento de Raymond Aron, version abrégée de sa thèse doctorale soutenue à l’Université catholique portugaise de Lisbonne, sous la direction du Prof. João Cardoso Rosas, en décembre 2009.

  • Prix R. Aron 2011 décerné conjointement à : Joël MOURIC, auteur d’une thèse de doctorat en histoire contemporaine préparée sous la direction de Fabrice Bouthillon et soutenue à l’université de Bretagne occidentale en novembre 2010 : Raymond Aron et l’Europe, 1926-1983, la République des lettres et le mythe politique. Et à Danilo SCHOLZ, étudiant à l’EHESS, pour son mémoire de master 2 (discipline : histoire) dirigé par Perrine Simon-Nahum : Alexandre Kojève et la philosophie allemande : l’homme, l’histoire et la politique, 1926-1947.

  • Prix R. Aron 2012 décerné conjointement à : Vincent BLOCH, auteur d’une thèse de doctorat en sociologie préparée sous la co-direction de Daniel Pécaut et Gilles Bataillon et soutenue à l’EHESS en octobre 2012 : Le joug de la lucha. L’ancrage socio-historique du régime castriste, de 1959 à nos jours. Et à Marion WLODARCZYK, auteure d’une thèse de doctorat en sociologie préparée sous la direction de Serge Paugam et soutenue à l’EHESS en décembre 2011 : La souveraineté de l’Etat à l’épreuve de la construction européenne. Analyse sociologique de la stratégie étatique en matière d’éloignement forcé des étrangers.

  • Prix R. Aron 2013 : Hélène DUMAS, auteure d'une thèse de doctorat en histoire préparée sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau et soutenue à l'EHESS en mars 2013 : Juger le génocide sur les collines. Une étude des procès gacaca au Rwanda (2006-2012).

  • Prix R. Aron 2014 décerné conjointement à : Rasoul NAMAZI, auteur d'une thèse de doctorat en études politiques préparée sous la direction de Pierre Manent et soutenue à l'EHESS en septembre 2014 : Le problème théologico-politique de John Locke. Et à Or ROSENBOIM, pour son PhD in Politics and International Studies, préparé sous la direction de Duncan Bell et soutenu à l'université de Cambridge (Quenns' College) en mai 2014 : The Emergence of Globalism : Visions of World Order in Britain and the United States, 1939-1951.

  • Prix R. Aron 2015 décerné conjointement à : Benjamin BRICE, auteur d'une thèse de doctorat en études politiques préparée sous la direction de Pierre Manent et soutenue à l'EHESS en mai 2015 : La fin de la guerre ? Les ambiguïtés de la "paix démocratique" : intérêts, passions et idées. Et à Adrien LOUIS, pour son projet de livre Comprendre les phénomènes politiques : enquête sur l'oeuvre de Leo Strauss, tiré de sa thèse préparée sous la co-direction de Monique Castillo et Pierre Manent et soutenue à l'université Paris-Est Créteil en décembre 2013.

  • Prix R. Aron 2016 décerné conjointement à : Olivier de LAPPARENT, auteur d'une thèse de doctorat en histoire des relations internationales préparée sous la direction de Robert Frank et soutenue à l'université Paris 1-Panthéon Sorbonne en novembre 2016 : La crise de la civilisation selon R. Aron à travers l'exemple européen. Et à Sophie MARCOTTE-CHENARD, pour sa thèse de doctorat en études politiques préparée sous la direction de Pierre Manent et soutenue à l'Ecole des hautes études en sciences sociales en mai 2016 : La philosophie politique et l'histoire : Leo Strauss et Raymond Aron face à l'historicisme.

EHESS

ISSN 1775-3678