CECI n'est pas EXECUTE Evénements

Actualités |

Evénements

- Penser la politique par gros temps, EHESS, 22-23 juin 2017

Colloque organisé conjointement par le Centre d'études sociologiques et politiques Raymond Aron (EHESS), l'Institut de Recherche Stratégique de l'Ecole Militaire (IRSEM) et la Société des Amis de Raymond Aron

Comment penser la politique par "gros temps" ? Comment questionner notre époque et les concepts dont nous disposons pour l'analyser ? Ce colloque veut tester l'hypothèse selon laquelle la pensée politique d'Aron constitue une boussole pouvant aider à s'orienter en ce début de XXIe siècle, dans un monde qui, loin d'être débarrassé de l'arnarchie internationale, se caractérise à la fois par l'entropie démocratique et la montée en puissance des "démocraties illibérales".

Interview des organisateurs :

http://www.canal-u.tv/video/ehess/penser_la_politique_par_gros_temps_raymond_aron_au_xxie_siecle.36667

Programme : https://www.ehess.fr/sites/default/files/evenements/fichiers/affiche_a4_penser_la_politique_par_gros_temps_10.pdf

- Soutenance de thèse d'Olivier de Lapparent« La crise de la civilisation selon Raymond Aron à travers l’exemple européen », vendredi 25 novembre 2016, 9-12h30, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Salle Jean-Baptiste Duroselle,  Galerie J.B. Dumas (entrée par le 14, rue Cujas)

Membres du jury : Laurence Badel (Paris I), Eric Bussière (Paris IV), Robert Frank (Paris I), Sylvain Schirmann (Université de Strasbourg), Jean-François Sirinelli (IEP Paris)

Résumé : Le déclin de l’Europe au XXe siècle est un fait incontestable. Peut-on ou doit-on franchir le pas et affirmer que l’Europe, comme civilisation, est condamnée à la décadence ? Raymond Aron a analysé durant plus de 50 ans l’évolution de l’Europe à travers ses différentes facettes : idée, construction institutionnelle, sentiment. Il affirme la crise de l’Europe, comme crise de civilisation, pour mieux la combattre.

L’Europe a un avenir à condition de penser son Histoire. L'Histoire n'est ni la promesse d'un progrès certain ni la condamnation définitive à la décadence. Le réalisme aronien souhaite éviter deux extrêmes : le moralisme et le cynisme.

La proposition de cette thèse est l’introduction du terme « oscillation » entre déclin et vitalité historique : de la décadence au déclin, du déclin à la crise, de la crise au conflit, du conflit à la vitalité, de la vitalité à la créativité et de la créativité à l’action. L’oscillation doit mettre en tension l’Europe pour passer de la crise à la métamorphose.

La vertu est le chaînon manquant entre déclin et vitalité historique. Elle permet à la tension de revenir à un point d’équilibre. L’accomplissement de la vertu met en pratique la potentialité, la réponse au défi, l’engagement et la vitalité historique. La survie de la civilisation européenne tient en cette ligne de crête fragile mais tremplin vers un renouveau.

 

- Avoir raison avec Raymond Aron / Brice Couturier

France Culture, du 18 au 22 juillet 2016, de 11h à 12h (possibilité de podcaster les 5 émissions)

http://www.franceculture.fr/emissions/avoir-raison-avec-raymond-aron

EHESS

ISSN 1775-3678